Chanoines réguliers de Prémontré
20
Mai
Écrit par f. Hugues

IIè Dimanche du T.O. – 16 janvier 2022

Qu’avez-vous retenu de cet évangile ?

Pour retenir quelque chose d’un évangile, j’aime pour ma part repérer une phrase importante (souvent une parole de Jésus) ; une phrase qui résume tout le message ; une phrase qui peut nous accompagner toute la journée, toute la semaine.

De cet évangile des Noces de Cana, cette phrase, c’est bien sûr : « Remplissez d’eau ces cruches », ou dans notre traduction : « Remplissez d’eau les jarres ».

Une phrase qui en dit beaucoup sur notre vie chrétienne, sur notre relation à Dieu.

  1. « Remplissez d’eau les jarres »

Cela nous paraît évident… mais Jésus aurait pu faire autrement, Jésus aurait pu faire un miracle plus direct, un miracle instantané, faire apparaître des bouteilles de vin directement sur les tables (cela aurait tout de même été plus simple !). Aussi peut-on se demander, avec saint Jean Chrysostome :

« Mais pourquoi Jésus ne fit-il pas de miracle avant qu’on emplît ces urnes d’eau, ce qui aurait été beaucoup plus merveilleux? Et pourquoi n’a-t-il pas mis l’eau lui-même et a-t-il ordonné aux serviteurs d’emplir ces urnes?[1] »

C’est très important que Jésus ait demandé aux serviteurs de remplir les jarres, et de les remplir jusqu’au bord, pour procurer du vin, car ce miracle (réellement advenu) est un symbole de notre relation à Dieu, dont le Bible parle d’ailleurs souvent en terme de mariage, de noces.

Pour notre relation à Dieu, pour l’action de Dieu dans le monde, Dieu pourrait tout faire tout seul, sans nous ; mais il choisit de passer par nous, par notre agir, par notre vie, qui est cette eau dont nous devons remplir les cruches, les jarres ; par notre agir qu’il transformera en vin, en amour véritable.

  • « Remplissez d’eau les jarres » demande donc Jésus, et pas 1 ou 2 jarres… mais 6 jarres ; pourquoi 6 ? C’est bien sûr ce que se demande saint…Augustin qui aime jouer avec les chiffres :

« Les urnes/les jarres qu’il ordonnait de remplir avec de l’eau étaient au nombre de six. Ces six urnes signifiaient donc les six âges du monde[2] ».

À l’époque d’Augustin, on pensait que l’histoire du monde était composée de 6 âges, 6 grandes périodes, qui étaient comme la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte de l’humanité. Cela rejoint la symbolique biblique du chiffre 6 : les 6 jours de la création comme la totalité de la création

Or Jésus transforme en vin l’eau que les serviteurs ont mis dans les 6 jarres et pas que dans 2, 3 ou 5 jarres. Autrement dit, c’est dans toute l’histoire du monde, toute notre histoire, dans toute la création, que Dieu transforme secrètement notre agir humain en agir divin.

Nous pourrions être tentés de croire que Dieu n’agit que dans certains secteurs de notre vie, ou uniquement dans certaines périodes de notre vie, dans une ou deux jarres seulement ; or c’est bien les 6 jarres qui sont transformées en vin, c’est bien la totalité de notre histoire qui est transformée par Dieu, par laquelle Dieu passe pour nous rejoindre et rejoindre les autres ; comme le disait la deuxième lecture : « Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous. À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien » (1Co 12)

Même dans cette jarre qu’est notre vie à chacun, une jarre qui semble parfois inutile, ou fêlée, si nous la remplissons de vie, d’actions bonnes, de rencontres, de coups de main… Dieu transformera cela, Dieu passera par cela.

  • « Remplissez d’eau les jarres » et l’eau fut changée en vin ; évidemment ce n’est pas un hasard si le miracle concerne de l’eau et du vin ;

Certes, c’est plus sympathique de faire la fête, lors d’un mariage, avec du bon vin, qu’avec une menthe à l’eau… ; mais surtout l’eau et le vin, dans l’évangile sont des symboles fort ; souvenons-nous, qu’à la Croix, quand le soldat transperça le coté de Jésus, il en jaillit… de l’eau et du vin, qui ont été compris par la tradition chrétienne comme annonce, signe du baptême (pour l’eau) et de l’eucharistie (pour le vin).

C’est bien en effet par le baptême, par l’eucharistie, par les sacrements, que Dieu transforme notre eau en vin, notre agir humain, limité et pauvre, en amour de Dieu.

Dans quelques instants, nous allons, justement communier au pain et au vin, corps et sang du Christ :

– que cette communion nous donne la force de remplir toutes les jarres à ras bord, toute notre vie d’agir chrétien, de petites comme de grandes actions ;

– que cette communion contribue à transformer tout cela en amour de Dieu et du prochain ;

– comme le Christ nous l’a montré en donnant sa vie pour nous sur la Croix.

Voilà ce qui est contenu dans cette simple phrase, à retenir cette semaine : « Remplissez d’eau les jarres » !


[1] Jean Chrysostome, Homélie sur saint Jean, 22, 2.

[2] Augustin d’Hippone, Homélie sur saint Jean, IX, 6.