Chanoines réguliers de Prémontré
29
Juin
SS. Pierre et Paul, apôtres - Solennité
Écrit par f. Maximilien

Fête du Baptême du Seigneur – 9 janvier 2022

Nous connaissons bien la scène : un premier homme, un prophète hirsute, est dans l’eau. Il baptise ceux qui viennent à lui en annonçant la conversion des péchés. Un autre homme arrive. Il demande à être plongé dans le baptême, lui aussi. Le premier homme refuse ; le second insiste ; le premier homme cède ; le second est baptisé. Alors, un événement extraordinaire se déroule : le ciel s’ouvre, une colombe descend, une voix se fait entendre. Voilà le récit du baptême du Seigneur que nous connaissons, que nous représentons, que nous enseignons. Mais revenons maintenant avec attention à l’évangile selon saint Luc… regardez l’enchaînement des événements décrits par l’évangéliste : un homme, un prophète, annonce la venue du Seigneur ; le peuple est baptisé par cette homme-là ; Jésus, lui aussi, a été baptisé par lui ; Jésus prie ; l’événement extraordinaire se produit : le ciel qui s’ouvre, la colombe qui descend, la voix qui retentit. Voilà déjà un récit qui remet en cause nos certitudes quant à la scène du baptême du Seigneur ! Mais permettez-moi d’aller encore plus loin. L’Évangile que notre frère diacre a proclamé à l’instant est recomposé… Le lectionnaire a pioché tel ou tel verset du chapitre 3 de l’évangile de Luc. Quand on revient au texte de la Bible, le récit est alors le suivant : Jean proclame la nécessité du baptême pour le pardon des péchés, il invective les pharisiens et les pécheurs, il baptise dans l’eau et annonce le seul vrai baptême : celui de l’Esprit, pour le punir, Hérode enferme Jean dans une prison. Alors Luc continue : Jésus est en prière, après avoir été baptisé par Jean… et l’événement extraordinaire se produit : le ciel, la colombe, la voix. Bref, pour l’évangéliste Luc, Jésus est baptisé par Jean… mais on n’assiste pas à la scène. L’événement extraordinaire du ciel, de la colombe et de la voix a bien lieu… mais après le baptême, alors que Jean est déjà dans sa prison. Pour les évangélistes Matthieu et Marc, cet événement a lieu pendant le baptême de Jésus par Jean, alors que Jésus est encore dans l’eau ou en train d’en sortir. Mais pour Luc, la voix du Père et la présence de l’Esprit sont manifestées quand Jésus est en prière, quelques temps après son baptême. Cette année, avec l’Évangile de Luc, nous célébrons la fête du baptême du Seigneur… sans assister à l’événement !

Dans l’évangile de ce jour, c’est la prière de Jésus qui est le moment où la voix du Père se fait entendre, où la présence de l’Esprit est manifestée. Aujourd’hui, c’est Jésus en prière qu’il faut contempler. Contemplez, chers frères et sœurs, contemplez la Trinité : le Fils unique du Père prie ; le Père dit tout son amour pour son Fils ; Il envoie sur lui son Esprit. Dans ce moment, le Père, le Fils et l’Esprit sont unis : le Père envoie l’Esprit sur le Fils ; le Fils en prière est tourné vers son Père et reçoit son Esprit ; l’Esprit est envoyé du Père vers le Fils. L’évangéliste Luc ne nous décrit pas la scène du baptême : Jésus n’a pas péché, son baptême est certes exemplaire pour nous, mais il n’avait pas de sens pour lui. En revanche, Luc nous décrit la communion entre le Père, le Fils et l’Esprit, dans cette prière de Jésus. Et, par-là, Luc nous dit l’importance de la prière pour nous unir à Dieu, pour communier au Père, au Fils et à l’Esprit. Pour l’évangéliste Luc, ce n’est pas le baptême de Jésus qui est exemplaire pour nous : notre baptême chrétien n’est pas le même baptême que celui donné par Jean. Mais ce qui est exemplaire, c’est la prière de Jésus. Notre prière doit être à l’image de celle de Jésus, une communion au Père, au Fils et à l’Esprit.

Faisons un pas supplémentaire dans notre contemplation de la prière de Jésus. Et contemplons maintenant la prière de Jésus sur la croix. L’évangéliste Luc est le seul qui montre Jésus s’adressant à son Père dans une prière, au chapitre 23 : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit ». Matthieu et Marc mettent dans la bouche de Jésus la parole du psaume : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » ; Jean, de son côté, ne mentionne pas de prière sur la croix. Luc est le seul qui montre la prière de Jésus à son Père et évoque la présence de l’Esprit : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit ». Contemplez cette prière de Jésus sur la croix. Et contemplez, chers frères et sœurs, contemplez la Trinité : le Fils unique s’adresse à son Père dans une ultime prière ; il Lui remet l’Esprit qu’il avait reçu de Lui après son baptême par Jean.

Quelques jours après, au début des Actes des Apôtres, saint Luc, qui en est l’auteur, nous fera contempler les Apôtres réunis au Cénacle avec la Vierge Marie. Ils prient le Père, ils sont réunis au nom du Seigneur Jésus mort, ressuscité et monté au ciel. Et alors, le ciel s’ouvre et l’Esprit descend sur eux sous la forme de langues de feu. Contemplez la puissance de la prière ! Contemplez, chers frères et sœurs, contemplez la Trinité : l’Église est réunie au nom du Fils unique, elle s’adresse au Père tout-puissant et l’Esprit Saint lui est donné pour annoncer au monde les merveilles de son amour. Aujourd’hui, cela continue. Dans quelques instants, nous, qui sommes réunis au nom du Fils, nous adresserons au Père dans la grande prière eucharistique et lui demanderons d’envoyer son Esprit sur le pain, le vin et chacun de nous. Ne doutons pas que le ciel s’ouvrira !

L’évangéliste Luc nous montre aujourd’hui Jésus en prière. Que cette prière du Christ soit pour nous un appel à unir nos cœurs dans une prière unanime, celle de l’Église ; que cette prière du Christ ravive en chacun de nous le désir de la prière personnelle et ecclésiale ; que cette prière du Christ nous tourne vers le Père et fasse descendre sur nous son Esprit. Aux Trois qui ne sont qu’Un, puissance, gloire et honneur pour les siècles des siècles. Amen.