Intention de prière ?

Index de l'article

Pour commencer cette homélie, je souhaitais m’adresser d’abord aux parents d’enfants en bas-âge, qui viennent à la messe avec leurs bébés. Je voulais vous dire ce que j’ai au fond du cœur : chers parents, merci ! Merci de venir à la messe avec vos enfants en bas-âge. Certes, parfois, leur chant n’est pas très mélodieux… surtout quand arrive l’heure du biberon. Mais merci ! Parfois les regards jetés par vos frères et sœurs chrétiens semblent courroucés… mais je sais qu’au fond d’eux-mêmes, eux aussi vous remercient. En effet, la présence de vos bébés est nécessaire. Vos enfants, qui sont chrétiens depuis leur baptême, nous manqueraient s’ils étaient absents ; par leur seule présence, vos enfants nous rappellent pourquoi nous sommes baptisés. Être chrétien, ce n’est pas d’abord un agir selon des valeurs inculquées ; ce n’est même pas d’abord un catéchisme à apprendre. Être chrétien, c’est se recevoir du Christ. Vos enfants nous apprennent comment être chrétien : d’abord tout recevoir du Christ dans le baptême, pour, dans un second temps, agir de telle manière que notre vie soit une réponse d’amour. Vos bébés sont la parabole vivante de l’enseignement de la Parole de Dieu d’aujourd’hui. 

Si vous deviez expliquer à quoi sert le baptême, que répondriez-vous ? Certains diraient, avec raison, que le baptême efface en nos cœurs la faute du péché originel. D’autres répondraient, avec raison aussi, que le baptême fait de nous des fils adoptifs de Dieu. D’autres encore, en ayant tout autant raison, expliqueraient que le baptême nous fait entrer dans l’Église qui est le Corps du Christ. En revanche, qui oserait dire que le baptême a pour effet de nous faire mourir ? Pourtant, voilà bien ce que saint Paul explique aux Romains. Et il commence d’ailleurs par une question rhétorique, comme si nous devions le savoir : « Frères, ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. » Voilà bien une phrase étonnante à nos oreilles contemporaines ! Et pourtant, c’est dans cette certitude de foi que trouvent leur fondement toutes les autres réponses invoquées à ma question initiale. Le baptême efface la trace du péché originel, fait de nous des fils adoptifs de Dieu et nous intègre à l’Église, Corps du Christ, parce que le baptême nous fait mourir. Comme le disait le théologien français Louis Bouyer : « Le Christ est mort pour nous, non pas afin de nous dispenser de mourir, mais bien plutôt pour nous rendre capables de mourir efficacement[1]. » Notre monde n’aime pas parler de la mort. Pourtant, il est bon, parfois, d’oser prononcer le mot. Le baptême nous unit à la mort du Christ. Mais pourquoi ? Saint Paul continue, et je vous invite à retenir cette phrase tant elle est centrale dans notre foi – je la dirai donc lentement - : « Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. » Voilà le cœur du message de saint Paul, voilà le cœur du message chrétien. Le baptême nous fait « mourir à la vie du vieil homme pour revivre à celle de l’homme nouveau qui ne meurt plus[2]. » Le baptême fait de nous des êtres différents. Désormais nous sommes tellement unis au Christ par le baptême que nous ne pouvons faire autrement que vivre avec Lui ! Par le baptême, le chrétien devient un alter christus, un autre-Christ. D’ailleurs n’est-ce pas ce que Jésus enseigne dans l’Évangile d’aujourd’hui : « Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé » ? Je me permets ici de paraphraser l’Évangile : « qui vous accueille, vous qui êtes mes disciples, vous qui êtes baptisés, vous qui êtes morts et ressuscités avec moi, vous qui m’êtes totalement unis, qui vous accueille m’accueille, moi, le Christ et Seigneur, qui vit en vous, puisque par le baptême ce n’est plus vous qui vivez mais c’est moi qui vit en vous ». Et Jésus continue : « celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, en sa qualité de chrétien, de baptisés, d’autre-Christ, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense, et il recevra en récompense la vie éternelle, il recevra de vivre avec moi pour toujours, il deviendra un saint. » 

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !
Port du masque

Le COVID 19 continue de se propager.

Accroissons notre vigilance dans le respect des gestes barrière.

Le port du masque est OBLIGATOIRE dans l’église pendant la messe et les offices.

Merci de votre compréhension.