Aujourd’hui, après avoir entendu ce passage de l’évangile selon saint Marc, dois-je vous parler de la condition de la femme à l’époque de Jésus ou maintenant dans l’Église ? Dois-je au contraire vous parler de la manière dont vous pouvez accueillir le Royaume de Dieu à la manière d’un petit enfant ? Ces questions sont pertinentes, mais toutefois la méditation de ce texte m’a conduit à un étonnement : j’ai pris conscience à quel point Jésus se soucie du plus petit, du plus faible. Vous me direz que c’est évident, et que c’est encore l’une des choses qui marque le plus les chrétiens. Mais est-ce si évident ? 

Jésus rabroue ici ces hommes qui trop rapidement, par dureté de cœur et par facilité, renvoient leur femme. Au passage, il leur rappelle que la femme a les mêmes droits que l’homme dans ce domaine. Mais tous les deux, hommes et femmes, il leur rappelle leur devoir, celui de rester uni à l’image de Dieu. Ainsi Jésus ne défend pas seulement les droits du plus faible, mais il donne à chacun une mission, un sens à sa vie : l’homme et la femme sont unis à l’image de Dieu.

On constate le même procédé de Jésus avec la femme adultère. Il lui dit : « Moi non plus je ne condamne pas. Va et ne pêche plus. » Jésus rétablit cette femme dans sa dignité. Cette dignité n’est pas seulement le pardon, mais aussi la confiance qui se concrétise par le don de la mission. Je pourrai multiplier les exemples avec le possédé Gérasénien, avec Zachée le publicain et tant d’autres. A tous, Jésus fait bon accueil, il les délivre de leurs maux et leur redonne une dignité qu’ils n’ont parfois jamais eu devant les hommes.

Les enfants ne connaissent plus le rejet aujourd’hui comme au temps de Jésus en Israël. Notre société est celle de l’enfant-roi, en conséquence le comportement de Jésus parait complètement naturel. A l’époque de Jésus, les enfants n’étaient rien, à peine existant, presque une marchandise. Ils sont en fait ceux que tous, même les prostituées, les publicains, les malades considèrent comme rien. Mais Jésus voit en eux les êtres aimés de Dieu. Ils sont faibles parmi les faibles. Ce que Jésus enseigne ici aux disciples, et donc à nous aussi chrétiens, c’est qu’il nous faut être capable d’accueillir le plus faible, celui qui n’a plus de dignité. Il faut être capable de se mettre à sa mesure.

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !