Au début de sa prédication, Jésus a eu du succès. La «foule», c'est-à-dire les gens du petit peuple, se pressaient autour de lui pour l’écouter. Marc, qui tient ses renseignements de Pierre, note qu’un jour il y avait tant de monde qu’on n'avait même plus de la place pour manger. Cette maison où Jésus se trouve est sans doute celle de SimonPierre, à Capharnaum, que Jésus avait adoptée comme la sienne. Dans les ruines actuelles de la ville de Capharnaum, les archéologues ont retrouvé la base d'une modeste maison de pêcheurs datant du 1er siècle avant J.C. sur laquelle avait été édifié un très ancien sanctuaire chrétien. Les graffitis de dévotions marqués dans les plâtres suggèrent qu'on aurait retrouvé cette «maison» où Jésus a souvent résidé.

C’est pendant que Jésus prêchait dans la maison de Pierre que les membres de sa famille sont venus pour le ramener chez-lui, à Nazareth. Sa famille disait : «Il est devenu fou... il a perdu la tête...» La famille de Jésus ne pouvait pas ignorer qu'il était «mal vu» des autorités religieuses... Ces autorités disaient non seulement qu’il était fou, mais qu’il était possédé et tenait son pouvoir de Satan. Marc a emboîté l'un dans l'autre l'épisode du «refus des scribes», et celui de la démarche de sa famille. Jésus est rejeté, méconnu... même par sa propre famille. Par deux fois, Marc note que la famille de Jésus «est dehors». Cette expression «ceux du dehors» est habituelle, dans l'Église des premiers siècles, pour désigner les «non-chrétiens». La scène, où Marie et la famille de Jésus viennent pour essayer d'arrêter la mission de Jésus, doit nous faire longuement méditer sur ce qu'est la foi. La foi de Marie, pas plus que la nôtre, n'est «toutefaite», une fois pour toutes. La foi ne peut se définir que comme une réalité qui évolue. Ce n'est pas dès le premier instant de l'Annonciation que Marie a compris qui était son fils. Luc, lui aussi, a noté que Marie, à certaines occasions, n'a «pas compris» Jésus. Exemple lorsqu’à douze ans il est resté dans le Temple, «la maison de son Père».

La famille de Jésus ne le reconnaissait plus depuis sa conversion, depuis qu'il avait quitté sa vie tranquille de Nazareth, pour se convertir en prédicateur ambulant. Sa famille savait parfaitement qu'il était mal vu des autorités, des scribes venus de la capitale, Jérusalem. «Il va nous faire attraper des histoires... allons, ramenons-le à la raison... réduisons-le à être comme tout le monde. Il est fou de se distinguer !»

portrait

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme