Intention de prière ?

Les neuf martyrs de Magdebourg (D)

Date: Jeu. 26 Sep, 2019
Durée: Tous les jours
Information de contact: Goovaerts I 441, Hugo II 180, Lienhardt 279, Rehak

Adam Helfenstein de Knechtsteden fut le dernier prévôt catholique de Sainte-Marie de Magdebourg. Il mourut le samedi après Pâques 1597. Le 13 avril suivant, se présentèrent à la prévôté de Sainte-Marie deux députés de l’église métropole de Magdebourg, afin de procéder à l’élection d’un successeur. Cinq chanoines électeurs, inscrits au gremium de la canonie, avaient droit de vote : trois étaient catholiques et deux étaient devenus luthériens. Outre les électeurs, vivaient dans le monastère plusieurs prémontrés venus de Strahov, de Knechsteden et de Steinfeld, appelés à Magdebourg à la rescousse, pour conserver l’église Sainte-Marie dans le giron de l’Ordre. L’enjeu était important pour l’Ordre, puisqu’on y gardait les reliques de saint Norbert, récemment canonisé.

Quand les députés eurent remarqué que les électeurs étaient trois chanoines catholiques et deux protestants, ils essayèrent d’ajouter au nombre un troisième luthérien. De leur propre autorité, ils obligèrent les chanoines catholiques à accepter comme électeur Henninganus Rausch qui, disaient-ils, avait accompli les deux ans de probation. En réalité, ce Rausch n’était qu’un aide-cuisinier. Appelés au chapitre d’élection, les religieux durent s’agenouiller et prêter serment. On leur présenta alors une capitulation à laquelle souscrire : un acte qui mentionnait l’obligation d’observer la confessio augustana – la confession d’Augsbourg. Les chanoines catholiques s’arrangèrent pour rejeter le texte et dire, au lieu de confessio augustana, la formule religio vera Christi, quae in prophetis et apostolicis scriptis continetur. Ceci fait, ils durent procéder immédiatement au vote, ce qui était contre tout droit. Le suffrage fit deux élus, chacun à trois voix : Johannes Widdigh, catholique, et Adam Löder, luthérien. L’administrateur du diocèse, Joachim de Brandebourg, fils de l’électeur, luthérien, confirma l’élection de son coreligionnaire.  C’était le 16 avril 1597.

Les prémontrés – ceux de Magdebourg comme ceux des autres abbayes – restèrent sur place jusqu’au 27 septembre 1598. On parle de onze chanoines, de neuf selon d’autres sources. Ce jour là, tous étaient à table. On avait mis du poison dans les aliments. Aucun luthérien ne fut intoxiqué, mais sept chanoines catholiques périrent. Les quatre autres restèrent gravement touchés toute leur vie. Goovaerts affirme que Théodore Kessel fut le seul chanoine qui en ait réchappé. Il quitta Magdebourg au mois d’avril 1601, mais même dans sa vieillesse, ce bon religieux sentaient encore les effets du poison qu’il avait absorbé le jour du drame.

Recherche d'événement

Nos prochaines sessions "Retraites spirituelles"

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !
Prochain Mondaye jeunes

tract inscription 31 10 2019