Imprimer

Léonard Goffine - Steinfeld (D)

Date: Dim. 11 Aoû, 2019
Durée: Tous les jours
Information de contact: Ardura B 270-271, Bibl. Praem. 1969 (Al), Goovaerts I 315-319 & 91-93

Léonard Goffiné est né le 6 décembre 1648 à Broich, près de Jülich, d’une famille émigrée de la région de Liège. Il entra à l’abbaye de Steinfeld en 1666, fit ses études théologiques à Cologne et fut ordonné prêtre en 1675. Après avoir été quelque temps chapelain des sœurs norbertines d’Ellen, il devint maître des jeunes frères de son abbaye. Il ne dura pas dans la charge, moins doué certainement pour ce métier de formateur que pour l’apostolat paroissial. Goffiné cultiva, au cours de sa vie sacerdotale, deux dévotions : celle de saint Norbert notre fondateur, et celle de saint Antoine de Padoue, le prédicateur qui avait incité tant de fidèles à se convertir et à faire la gloire de Dieu. Ce religieux fut quatre ans vice-curé à Clarholz puis curé à Coesfeld. Il constata dans le bon peuple une ignorance crasse en matière de foi. Les gens ne savaient même pas la signification du vendredi saint. C’est pour eux qu’il composa l’ouvrage célèbre : Handpostill, oder christliche Unterrichtungen auf alle Sonn – und Feyertage des ganzen Jahres, en 1687. Devenu curé de Wehr en 1691, il remania le Handpostill et publia un commentaire de la Règle de saint Augustin. Il fonda dans cette paroisse la confrérie de l’Agonie (sa dévotion préférée). Il admirait les curés belges qui rendaient visite à leurs paroissiens de maison en maison, et fit de même. En 1719, il regagna son abbaye de Steinfeld pour y accomplir une retraite, après cinquante années de profession religieuse. Rentré dans sa paroisse d’Oberstein, il mourut à la cure, de dysenterie, le 11 août de la même année. Il était âgé de 71 ans.

Son Handpostill connut un succès phénoménal. Les éditions – dont la dernière en 1955 – se succédèrent pendant 250 ans. On en compte au moins 200 éditions en allemand, suivies d’adaptations, pendant des décennies. Le livre fut traduit en 14 langues. Parmi elles, seize éditions en langue françaises et 30 anglaises. Près de mille éditions au total.

Ce dévot et humble fils de saint Norbert a donc eu une influence inouïe sur la vie chrétienne d’innombrables générations. Et son œuvre a tellement été utilisée qu’elle a bien un peu occulté la sainte vie de son auteur.