Intention de prière ?

Egide Huygen - Postel (B)

Date: Mar. 1 Oct, 2019
Durée: Tous les jours
Information de contact: Waterschoot

Egide Huyen est ce religieux valeureux qui, trente années durant, à travers les événements tragiques de la Révolution française, demeura inébranlable, veillant avec sollicitude sur son abbaye et s’occupant du sort de ses confrères. Né à Dessel le 14 juin 1761, il entra à l’abbaye de Postel le 13 février 1783 et reçut l’ordination sacerdotale le 31 mai 1787. Des études ultérieures firent de lui un professeur de théologie en 1790.

Les difficultés commencèrent alors. L’abbé de Postel était devenu faible d’esprit, et l’abbé-père de Floreffe nomma Egide prieur-administrateur. Mais quand le prélat démissionna, il ne fut pas possible de faire une élection, interdite par le gouvernement.  Dès 1792, il donna constamment l’hospitalité aux prémontrés français chassés de leur abbaye et de leur patrie. Le 23 juillet 1794, des soldats hollandais en fuite pillèrent l’abbaye. Le 21 août suivant, c’étaient des régiments français qui exigeaient leur entretien au monastère. Des mercenaires s’emparèrent aussi du prieur, qu’un confrère dut libérer contre une rançon. L’abbé lui-même eut sa part de menaces et de mauvais traitements.

Quand la communauté décida enfin d’émigrer à Emmerich, en Rhénanie, le prieur Huygen y conduisit les frères et s’en revint dans son abbaye ravagée. Quoique la maison eut été complètement spoliée, les Français continuaient d’imposer des contributions inouïes – pour finir, en 1796 par supprimer tous les monastères de Belgique. Dès janvier 1793, des soldats français s’étaient présentés à Postel pour en chasser les religieux, mais Huygen se tenait là courageusement, et invitait les frères à rester fidèles à leur vocation. Lui-même demeura jusqu’à sa mort dans les environs de l’abbaye. Il assista son frère curé de la paroisse. Quand celui-ci, desservant de l’église, refusa de prêter le serment impie, il dut disparaître dans la clandestinité. Egide prit alors le relais, et continua vaillamment d’administrer les sacrements en cachette. Pendant ces années de persécution, il resta sur place, et lorsque après le Concordat le culte catholique fut restauré, il fut reconnu comme curé de Postel et put utiliser l’église abbatiale. Mais parce que rien n’était prévu pour son habitat et son entretien, l’évêque le nomma en 1812 curé d’Arendonk, paroisse de la ci-devant abbaye, où il fut un prêtre dévoué. Ce prémontré fidèle qui, toute sa vie, avait chéri son Ordre et sa maison religieuse, mourut le 1er octobre 1821, âgé de 61 ans.

Recherche d'événement

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme

Partager !