2017 04 04 moisefragileUne biographie de Moïse sous le prisme de la vulnérabilité ? Servie par la belle plume de Jean-Christophe Attias, le sujet est surprenant, l’idée originale, pour ne pas dire excellente. Les jurés de l’Académie Goncourt ont d’ailleurs été séduits par l’ouvrage, qui s’est vu décerner en 2015 le Goncourt de la biographie. Le mois dernier, notre frère bibliothécaire a lui aussi mis ce livre à l’honneur en le proposant comme lecture au réfectoire.

 

Si Moïse fragile n’est probablement pas un outil approprié pour une « lectio divina », il offre néanmoins un beau parcours exégétique. Attias a en effet choisi d’emprunter le chemin parcouru par les exégètes juifs anciens et médiévaux. Loin du Moïse des cinéastes, l’humble Moïse se révèle alors particulièrement profond, voire contradictoire, à l’image de la tradition juive elle-même qui hésite entre un prophète magnifique et un prophète proprement humain. Brosser le portrait d’un prophète fragile ne va pourtant pas de soi. Ce personnage biblique n’est-il pas plutôt un puissant héros ? Il s’oppose à Pharaon, libère les Hébreux et les dote d’une Loi, tantôt il les châtie pour leurs infidélités, tantôt il les protège de la colère du Tout-puissant… À la lumière des commentaires midrashiques, Attias réussit cependant à dévoiler l’intime humilité d’un serviteur du Très-Haut dont l’humanité est blessée.

 

Certaines pages m’ont vraiment touché, notamment celles évoquant la mort bouleversante d’un Moïse, humble pécheur, dépouillé de sa mission sacerdotale et privé de la Terre promise, après avoir frappé le rocher pour en faire jaillir de l’eau. « Moïse est finalement mort comme il devait mourir, et presque comme il est né, et presque comme il a vécu. Par l’eau. […] Cette difficulté soudaine de Moïse à donner à boire à son peuple est plus que l’effet d’un égarement passager. Moïse frappant son rocher parce qu’il n’arrive plus à en faire jaillir l’eau qui désaltère est peut-être déjà mort. Comme l’eau peine à s’écouler de la pierre, Moïse peine déjà à faire sourdre la Torah du Rocher divin. […] au moment où il la lègue, la Torah lui échappe. En cela, Moïse est un véritable maître. Enseigner, c’est accepter de perdre. » (pages 206 à 208)

Inscription à la newsletter

Rechercher

Nos coordonnées

Abbaye Saint-Martin de Mondaye
14250 Juaye-Mondaye
Tél. 33 (0)2.31.92.58.11
Fax 33 (0)2.31.92.08.05
Nous écrire par email
logoabbayesnormandes logonormandiequalitetourisme